assurance travailleur indépendant

Si les travailleurs indépendants sont moins concernés par la cotisation, ils sont aussi moins protégés au fil de leur vie quotidienne (Chômage, décès, maladie, retraite…). C’est la raison pour laquelle ils doivent se munir de protections complémentaires.

Malgré le fait que, depuis Janvier 2018, les travailleurs soient passés sur le régime général de la Sécurité sociale (qui a une couverture plus large que le RSI), ceux-ci ne sont pas pour autant aussi bien protégés que les personnes salariées. Surtout en ce qui concerne le chômage, la retraite et les accidents.

Travailleurs indépendants : Une assurance efficace en cas d'arrêt maladie

La loi Madelin, en 1994, a rendu possible le fait de pouvoir déduire des cotisations du revenu imposable. La loi de Madelin concerne aussi la protection lors d’éventuels arrêts maladie. C’est la raison pour laquelle les nouvelles entreprises se basent principalement sur le responsable de la structure. Dans certains cas, un arrêt de travail (pour cause de soucis de santé) peut causer un impact très négatif d’un point de vue financier.

Dans le cadre de certains contrats de travail, les frais de fonctionnement (coûts liés à l’électricité, loyer…) peuvent être pris en charge à hauteur de 100 000 euros si une incapacité de travail est prononcée. Le gérant bénéficie dans ce cas là d’indemnités journalières soumises néanmoins à un certain délai de franchise. La durée du délai en question peut être très différente d’une situation à une autre (parfois quelques jours, parfois plusieurs mois).

Des accords spéciaux sont réservés aux micro entrepreneurs. Pour un coût mensuel de 10 euros, une couverture quotidienne de 30 euros leur est proposée en cas d’accident du travail. Habituellement, ce sont les prévisions de revenus des créateurs qui servent de base aux experts en assurance lorsque ceux-ci calculent le montant des primes, ils les réajustent ensuite après un ou deux exercices. Dans tous les cas, il faudra s’attendre à un montant compris entre 400 et 800 euros annuels pour avoir une bonne assurance santé.

>> Contactez votre Conseiller Prévoyance du cabinet FI-Projets | Tel : 05 61 83 36 84

Une épargne efficace pour la retraite

Tous les travailleurs indépendants bénéficient d’une retraite comprise entre 25 et 40% du salaire moyen perçu durant les 25 meilleurs années de leur activité. Un salarié lui, va toucher beaucoup plus, ce qui peut paraitre injuste. En réalité c’est assez cohérent dans le sens où un travailleur indépendant cotise moins qu’une personne salariée. Vous l’aurez compris, il est préférable pour un travailleur indépendant de souscrire à un assurance vie, et ainsi épargner une partie de ses revenus chaque mois. La loi Madelin prévoit de déduire les versements des revenus imposables, à condition toutefois que la sortie ne se fasse pas sous la forme de capitaux, mais en rente.

Une fois ces points là passés en revue, il vous faudra réfléchir à d’autres questions, exemple : « Est-ce trop tard pour choisir une assurance vie ayant investie en fonds sécurisés, qui certes, a des rendements plus satisfaisants, mais qui pourrait mieux convenir à un début carrière ? »

Les options en terme de rentes devront aussi être étudiées. Il faut ici savoir que les pensions réversibles sont plus adaptées aux personnes mariées; afin que celles-ci puissent en bénéficier lors du décès de leur conjoint(e).

Important : Les pensions seront moins importantes dans le cas où le pourcentage de réversion est fort. Il vous sera aussi possible de faire appel à une rente renforcée (par exemple dans les six mois, une fois la fin d’activité déclarée.

>> Contactez votre Conseiller Prévoyance du cabinet FI-Projets | Tel : 05 61 83 36 84

Assurance : Comment être couvert en cas de perte d’emploi

N’étant pas couvert par l’organisme Pôle Emploi, les créateurs d’entreprises se retrouvent bien souvent dans une situation peu confortable, notamment à leurs débuts. C’est pour palier à ce genre de situation que APRIL, la GSC et l’APPI permettent aux créateurs d’entreprise de bénéficier d’une assurance volontaire garantissant une source de revenu en cas de dépôt de bilan. Ils pourront alors être protégés de 50 % à 100 % par rapport à leurs revenus (d’après le taux de cotisation).

Le taux de cotisation de la GSC débutera à 3 % et sera calculé en fonction du revenu (dans le cadre d’une indemnisation d’un an) pour une protection à 55% (parfois plus)  du salaire net fiscal.

Une formule simple est proposée aux créateurs d’entreprises. Cette formule est accompagnée d’une cotisation annuelle de 408 euros. L’avantage de cette formule est que, même si la personne ne bénéficie pas de revenu professionnel, elle est assurée de toucher une indemnité forfaitaire de 5.712 euros en cas d’échec.

>> Vous avez des questions ou besoin de conseils ?
Contactez votre Conseiller Prévoyance du cabinet FI-Projets. Tel : 05 61 83 36 84

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.