immobilier hausse de prix

Immobilier : des ventes record et des prix qui montent

L'année 2016 aura été très prolifique en terme de transactions immobilières. En effet, le marché de l'immobilier, depuis quelques années, se porte bien, et le volume de crédits immobiliers est en constante augmentation au deuxième semestre 2016. Cela concerne aussi bien l'immobilier neuf que l'ancien. La fin de l'année aura été marquée par un nombre de transactions rarement atteint, ce qui laisse présager une augmentation en continu pour l'année 2017.

Cette hausse a été confirmée par les notaires, qui ont constaté une augmentation des ventes de 11% sur tout le territoire. La hausse est plus importante à Paris qu'en province, avec 15% dans la capitale et sa région, contre 10% dans le restant de la France. Cette augmentation n'est bien sûr qu'une moyenne sur l'ensemble du territoire français, car certains départements, comme le Loiret, ont enregistré, au contraire, des baisses allant jusqu'à -7%. En Haute-Vienne, par contre, la hausse a été de 31%.

La bonne santé du marché de l'immobilier

Des prix poussés à la hausse

Lorsque la demande est forte, les prix suivent et connaissent la même augmentation. C'est ce qui se passe pour l'immobilier, et surtout en région parisienne : les prix des biens ont légèrement augmenté, afin de satisfaire les lois du marché. En Île de France, la hausse des prix serait de 5%, et au 1er janvier, le prix au mètre carré atteindra les 5500 euros pour les villes hors Paris. A Paris, le record pourrait être atteint avec 8500 euros au mètre carré.

La hausse des prix est tangible dans toutes les grandes villes, aussi bien pour les appartements que pour les maisons. La ville la plus chère après Paris est Nice, même si l'évolution des prix des appartements y est négative. Saint-Etienne et Le Havre, en plus d'être les villes les moins chères, connaissent elles aussi une évolution négative des prix, pour tout type de bien.

Quelles prévisions sur les prix pour 2017 ?

Si les transactions ont de grandes chances de continuer, selon les prévisions, on ne sait pas vraiment si les prix vont continuer de grimper ou s'ils vont rester stables. Si l'exonération de l'impôt sur les plus-values passe de 22 à 15 ans, pour ce qui concerne les résidences secondaires, cela inciterait les propriétaires de ces dernières à les remettre en vente, et aurait pour corollaire une baisse des prix. Au contraire, les prix pourraient continuer de grimper, s'il y avait un allègement d'impôt sur les revenus fonciers, car les acquéreurs pourraient davantage se tourner vers l'ancien.

Mais finalement, l'évolution des prix de l'immobilier dépendra surtout de celle des taux d'intérêts. En effet, ceux-ci connaissent des niveaux extrêmement bas depuis plusieurs années, ce qui profitait aux acheteurs et bien sûr au marché de l'immobilier : les Français pouvaient acheter des surfaces 30% plus grandes qu'avant. Mais les prévisionnistes annoncent la fin de cet "âge d'or" pour 2017, car les taux d'intérêts devraient repartir à la hausse. Il y a donc fort à parier que le volume des transactions diminues à partir de l'année prochaine.

 

>> Vous avez des questions ou besoin de conseils ?
Contactez votre Conseiller FI-Projets. Tel : 05 61 83 36 84